Atypical human
Goule de la Camarilla
Goule de la Camarilla
avatar
Image :
Messages : 13
Genre : Féminin
Age : 59 ans
chaine 1 :
Race : Goule
Existence : 2300
Reputation : 1000
Karma : 0
chaine 2 :
Points : 0
Fiche : http://eveil-de-cain.forumactif.com/t65-atypical-human#194
Relations : [url=#]test[/url]
Discord : Blabla#6666
avatar
avatar
Lun 5 Nov - 0:52
image_du_haut
image_horsrp
» Pseudo : Bob
  » Age : 40 ans, routier
  » Présence : 4 sur 10.
  » Comment avez vous connu le forum ? : Un mec chelou me l'a filé en MP discord. Alors qu'a la base, on devait parler de Deltarune
  » Pourquoi vous être inscrits ? : J'ai des partiels a réviser et un mémoire a écrire. Alors forcément que je vais m'inscrire dans un forum RP pour me donner l'illusion de taffer
  » Comment trouvez vous le forum ? : Souague
  » Une autre chose à dire ? : Vous n'êtes pas pret.
Cassie Holiday
» Description du projet «
De nature, Cassie est une femme méfiante, pragmatique et un brin trop directe. Les subtilités de l’hypocrisie ne lui sont pas inconnues, mais elle préfère largement être outrageuse. Fin', ca, c'est parce qu'elle ne sait pas vraiment mentir.

Sa vie humaine se résume simplement à sa carrière laborieuse de mannequin raté dans les années 80. Traînant quelques casseroles dans la drogue, Cassie a pris toutes les mauvaises décisions. Et a finit par séduire le mauvais type. La rupture s'est mal passée et son ex, Adam -vampire plutôt rancunier, à trouvé une certaine satisfaction à l'asservir en temps que goule.

Elle a vécu 38 ans, aliénée à lui avant que Ruby.H Lichtenberg ne la libère de son joug...
Age :59 ans.
Sexe :Femme.
Clan :Toréador
Groupe : La caramila.
Tier fiche :Tier 3 .
Rang :Ici.
Génération : 8eme.
Réputation :1000.
Karma :0.
image_fiche_identite
Description physique
La première chose qui frappe. C'est ses formes, Cassie aborde la silhouette d'une quelconque déesse du fitness, la peau lisse comme un miroir. Son visage esquisse des traits harmonieux et doux. Ses vêtements sont à la pointe de la mode, parfaitement ajustés. Elle a des yeux à faire chuter un empire. Et pour ne rien arranger, la moindre mèche ondulée de ses cheveux possède une place précise dans le cadre, faite spécialement pour sublimer son air sophistiqué. Seul son sourire offre à cette créature quasi-divine un éclat de beauté informel. Une preuve presque rassurante d'humanité.

Fin', ca c'est sur internet. Par le biais de ce petit monde, elle s'entoure d'une aura de beauté factice. Une beauté que des dizaines de jeunes lui envie généreusement comme en témoigne les milliers de commentaires et de j'aime qu'elle cumule sur son compte Instagram fournis.
Elle l'alimente souvent en images photoshopé d'elle, le tout accompagnés de son troupeau de #Hastag ridiculement #nombreux et #inutiles. Elle s'expose ainsi sur internet, elle et ses citations inspirantes qu'elle trouve ridicule, mais dont le public est friand. La goule se permet de faire quelques sponsoring c'est même là le gros de ses revenus. Sinon, elle offre gracieusement des images de son chat à la robe écaille et s'amuse à exposé une vie illusoire faite de richesses, de voyages et de toujours plus de soleil.

Quand il la rencontre au hasard d'une rue, le regard d'un fan s'étonne toujours de lui trouver quelques défauts qui manquent tant sur un écran : Une cicatrice blanchâtre au cou, un vestige de griffure, un grain de beauté jusqu'alors inconnu. Des petits détails qu'elle s'efforce de gommer par logiciel avant de les exposer sur sa galerie. Pas qu'ils pollue le charme de la belle. Nan. Ils racontent juste une histoire bien différente de celle qu'elle s'efforce de raconter dans sa vie virtuelle

Loin des phare de cette mise en scene idyllique, la latina est plus terne que son homologue. Plus ancré dans la réalité morose, son visage expire les œillade méfiante adressées aux inconnus qui la dévisage. Du coté des inconnus, on se l'imaginait plus grande, plus accessible, la voix moins grave et la silhouette moins sèche. L'attitude moins fuyante.

Description mentale

Le vaste monde vampirique reste une des grande inconnu de sa non vie. Tout au plus a t-elle entendu un jour son maître souffler des noms sans qu'il n'aient jamais eu d'apparente signification a ses yeux. Au fond, elle s'en moque éperdument. Elle garde la surface d'une vie humaine ordinaire et trouve de rares moments de liberté le jour, quand elle s'éloigne quelques heures de cet homme qui a pris possession de sa vie depuis 30 ans.

Consciente d'être manipulée et utilisée par lui, elle vit son début d'immortalité accompagné d'un joyeux sarcasme pour rendre sa non vie moins laide et plus supportable. De ce fait, la goule parait toujours détendue et inconséquente quant à la situation qui l’entoure. Quand bien même cette dernière atteint un point critique. Elle garde cet air nonchalant en toute circonstance et se montre acerbe quand le besoin s'en fait sentir.

Plus que de l'arrogance, c'est là l'ultime goutte d’ego que la drogue et les années de servitudes n'ont pas su dissoudre parfaitement. Elle a toujours ce fond de fierté et d'insubordination latente qui menace sourdement de répliquer une pique acide de temps en temps. Ou du moins, elle s'accroche follement à cette image d'elle comme pour se persuader qu'elle a toujours une identité. Quand bien même ses rares répliques insolente lui valent davantage douleur que de satisfaction.

Pourtant, loin d'être une boule de haine. Elle encaisse avec flegme la douleur morale ou physique, simplement par absence de choix et par apathie profonde. En contrepartie, elle tente de s'échapper comme elle le peut de cette non vie. La drogue est un bel outils a sa disposition. Il n'est pas rare qu'elle s'injecte des doses qui la font frôler l'overdose.

Le monde humain lui aussi est aussi un bel échappatoire, par définition si inaccessible aux vampires, il lui offre un terrain propice à l'évasion, elle s'en sert de lui comme d'une excuse pour fuir une nuit ou deux le courroux d'Adam.

De ce fait, la latina parle comme une femme moderne et connaît les codes de cette génération. Sa petite originalité réside dans le fait qu'elle entretient une e-popularité toujours plus croissante. La goule possède en outre une connaissance poussée des outils numériques. Instagram, reddit, pinterest ou tumblr n'ont pas de secret pour elle. Elle se sert aussi pas mal d'applis de rencontre pour chasser quelques salvateurs amants qui finiront inévitablement en jouet morbide pour son maître si jaloux. Mais toujours incapable de mettre fin à la vie de sa bien aimée.
Histoire
« Que foutrait une femme comme toi a l'université ? »
« Le rêve américain n'est pas fait pour les femmes. Et encore moins les latina. »
« Tss... Encore ton histoire de mannequinat ? Oublie tes rêveries prétentieuses devant Le Très Haut. »

Ouais, elle est jeune la petite America Chavez. Avec ses boucles ébène, son grand regard noir opaque et cette moue adolescente qui traverse son visage mât. Ce n'est pas la première fois que sa matriarche lui demande de lâcher ses ambitions et de travailler comme aide ménagère au noir.
Du haut de sa jeunesse affamée. Elle observe sa mère comme on observe un feu de cheminée sur le déclin. Les cendres, c'est pour les fausses-couches de rêve dont elle a du faire le deuil. Les braises, elle s'imagine péniblement que c'est elle. Cet espoir à demi-avoué d'une vie meilleur pour elles. Après tout, si elle s'appelle America, c'est qu'elle aussi à rêvé mille fois cette vie. Nan  ?

- Il m'a dit de perdre une dizaine de kilos. Mais j'suis sûr que ca peut marcher.

Elle argumente. Le regard mort, la mère observe sa fille avec un air de chien de garde. La peau parcheminée prématurément par le travail offre à cette femme un air de momie sévère. Ses traits se plissent avant de finalement offrir leur sentence absolue.

- Nan. Au nom du salut de son âme ma fille ne travaillera pas à cette industrie d'El Diablo

La colère explose dans la tête de l'incandescente jeunesse, elle s'oppose violemment aux propos de sa mère. L'anglais laisse bientôt place a des effusions d'espagnoles rapide. Les phrases saccadées gisent dans un torrent de colère explosive. Et les éclats de voix perturbent le calme apparent du quartier à quelques maisons à la ronde.
Puis les choses se tarissent aussi vite qu'elles ont commencé. À l’exception d'un ultime fracas de bois.

Pour la dernière fois de sa vie. America Chavez vient de claquer la porte de sa maison.


----

Oh... Elle salit pas mal sa fierté pour réussir. À commencé a cracher ses tripes dans la cuvette pour perdre ces fameux kilos en trop. Elle s'est trouvé un nom de scène : Cassie Holiday, un nom plus vendeur Aka moins latino. Et elle a fait d'autres trucs moins avouable pour gratter des opportunités. Mais la revoilà quelques fières années plus tard. 18 ans, et toujours ces promesses entêtantes plein la tête, comme un parfum douceâtre dont reconnaît les arômes sucrés sans les avoir jamais pu le déguster avec ses papilles.
Elle en rêvasse encore et toujours avec la même naïveté : voyages offerts non loin d'une mer turquoise, à côtoyer des stars, à savourer du champagne dans les réceptions prestigieuses. Être reconnue. Avoir de l'argent jusqu'à n'en plus savoir quoi faire. Ces espoirs la bercent avant chacun de ses sommeils.

Sauf qu'elle déchante assez vite. Son agent la fait devenir dingue. 24h dans la journée ne suffisent jamais à remplir ses devoirs. Très vite, elle perd pied. Les nuits sont trop courtes, les journées trop épuisantes. Pour surmonter la fatigue de son corps, la cocaïne devient une béquille, puis un fauteuil, et enfin un lit dans lequel elle se recroqueville. À partir de ce moment-là tout s’enchaîne vite : Il faut de la came pour travailler non-stop, il lui faut travailler non stop pour qu'elle puisse se payer sa dose.

En quelques années, c'est le seul substitut de repère qu'elle réussit a conserver. Et cette dernière aspire son argent avec l'efficacité d'un trou noir. Sans qu'elle ne sache comment, c'est devenue un peu sa seule motivation dans la vie : rentrer chez soi, avoir sa cam. Se sentir bien et digérer la descente. Puis trouver de l'argent en harcelant son agent, pour s'assurer qu'elle recommence le lendemain.

Puis un lendemain pas comme les autres. Elle le rencontre.

Il n'est pas particulièrement beau. Voire carrément étrange dans son accoutrement et sa manière de parler. Mais Adam est riche et peu l'entretenir. C'était une qualité indéniable aux yeux de la mannequin ratée.
Dans le regard de cet homme, la belle devine qu'elle ne laisse pas ce type indifférent. Elle y voit une passion débordante pour les courbes de son corps jusqu'au son de sa voix. Elle est grisée de cette attention. Alors la latina se risque à venir à sa rencontre un soir mondain où il parait tristement sobre.

Ensemble, ce couple vit une petite idylle de quelques mois, l'espace de quelque temps, la drogue semble presque devenue secondaire à sa vie. Mais voilà, la latina se rend bien compte que cette accalmie est aussi douce qu'abusive. Adam cherche a contrôler la femme carriériste qui sommeil en elle. Il empêche sciemment sa carrière d'avancer. A chaque décollage d'opportunité, monsieur est jaloux, possessif. Il veux savoir où elle est et avec qui à chaque heure de la nuit. Alors la belle l'éloigne de sa vie avant qu'il ne lui impose une cage dorée de mère au foyer avec des gamins et une maison de campagne. C'est salvateur pour elle. L'espace d'une semaine, elle se sent libre.

Sauf que très vite, Adam réapparaît dans sa vie. Au coin d'une rue, alors qu'elle rentrait chez elle, il est là. Son regard ne lui a jamais parut aussi sardonique. Son sourire de prédateur donne à Cassie l'impression d'être une biche devant des feux de voiture.

- Tôt ou tard, tu seras mienne.

Mue par une vitesse surhumaine, elle n'a même pas le temps de comprendre les derniers mots que son oreille entend de son vivant. C'est le blackout.
La vengeance morbide d'Adam la frappe de toute sa mesquinerie. Ce soir là, Cassie troque son insignifiante vie mortelle pour celle d'une insignifiante vie immortelle.


38 ans plus tard.


Elle a encore sur le goût de ses lèvres l'extase de cette soirée. Sa vitae. Sa salvatrice vitae. Ce mois ci, il s'est amusé à lui offrir un entraperçu de la mort en tardant a la lui offrir sa dose mensuelle. Depuis quelque jours, elle s'est vue décrépir dans le miroir jusqu'à ce que sa peau parchemine son visage et offre un portrait terriblement ressemblant a celui de sa propre mère. Elle était restée sous le choc. Se rappelant de ces mots pleins de justesse :

- Nan. Au nom du salut de son âme ma fille ne travaillera pas à cette industrie d'El Diablo

Elle avait raison. Elle est en enfer, son âme est damnée, cloitrée dans cet appartement fermé par tous les interstices. L'obscurité la gangrène de l’intérieur. Et pourtant, elle est incapable de lutter contre le manque, incapable de surmonter la puissance de ce lien aussi abusif qu’indéfectible.
Pour la première fois depuis une éternité, Cassie pleure. Son corps se recroqueville alors que tout semble effondré depuis une génération. Elle veut mourir.

Et pourtant, maintenant que la goule est satisfaite par sa dose, elle flotte loin de ces angoisse si oppressantes, elle savoure le sentiment de plénitude qui immerge encore ses sens quelques minutes. C'est ce qui rythme encore sa vie immortelle de sursaut de plaisir. Alors elle ne laisse pas une pensée maussade gâcher ce pic.

Brusquement dans la nuit, elle se redresse. Aux aguets. Son ouïe l'informe immédiatement d'un bruit suspect. Elle se saisit de quelques vêtements éparpillés dans la chambre avant de rejoindre Adam qui a filé comme une flèche dans l'entrée.

Une fois, ceci fait, elle entre péniblement dans le séjour et voit quatre inconnus dans son salon. La latina les identifie aisément comme des vampires.

Il y a une qui se démarque des autres combattant, ne serait ce que parce qu'elle reste cordialement à l'écart du combat qui se prépare. Presque détendu par rapport a ses congénères

- Vous êtes qui ?

La question fuse sans que la sanguine n'ait le temps de filtré les mots qui sortent de sa bouche. La femelle se tourne vers la goule avec une curiosité non feinte.

Elle regrette déjà d'avoir attiré son attention
Goule de la Camarilla
Goule de la Camarilla
avatar
Image :
Messages : 13
Genre : Féminin
Age : 59 ans
chaine 1 :
Race : Goule
Existence : 2300
Reputation : 1000
Karma : 0
chaine 2 :
Points : 0
Fiche : http://eveil-de-cain.forumactif.com/t65-atypical-human#194
Relations : [url=#]test[/url]
Discord : Blabla#6666
avatar
avatar
Lun 5 Nov - 23:15
Je poste pour dire que c'est terminé pour ma part.
Je précise qu'avec l'accord de Ruby, il est prévu entre nous un RP qui entre parfaitement en continuité avec la fin de l'histoire ♥️
avatar
Image :
Messages : 94
Genre : Masculin
Age : //
chaine 1 :
Race : //
Existence : //
Reputation : //
Karma : //
chaine 2 :
Points : 22
Fiche : //
Relations : //
Discord : Fresh!Johan #5411
avatar
avatar
Mar 6 Nov - 17:19

» Validation
» Longueur : 500 / 600
» Orthographe : 350 / 450
» Style : 650 / 1050
» Originalité : 600 / 900
» Bonus : Ouverture du forum - 200 points

» Total : 2 300

» Points de traits de départ : 25 points
détail des points obtenus:
 

Désormais, vu que tu es validé, n'hésites pas à indiquer l'origine de ton avatar et enfin à présenter les caractéristiques de ton personnage ici !
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ISD] W-u Human
» Supplément Human Sphère
» Intuition et Calcul OU quelle place pour le pifomètre?
» Test Mamellaire
» Commande groupée FW China

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'eveil de Cain • Vampire la mascarade :: Gestion des personnages :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: