Venez donc et installez vous confortablement...
Vagabond
avatar
Image :
Messages : 26
Genre : Féminin
Age : 318 ans
chaine 1 :
Race : Vampire
Existence : 3000
Reputation : 1250
Karma : +140
chaine 2 :
Points : 0
Fiche : http://eveil-de-cain.forumactif.com/t70-venez-donc-et-installez-vous-confortablement#204
Relations : [url=#]test[/url]
Discord : Monchi#8688
avatar
avatar
Mar 6 Nov - 22:14
image_du_haut
image_horsrp
» Pseudo : Monchi
» Age : 19 ans
» Présence : 7 sur 10
» Comment avez vous connu le forum ? : Forum MHA et via Masha
» Pourquoi vous être inscrits ? : J'aime beaucoup cet univers
» Comment trouvez vous le forum ? : Soyeux
» Une autre chose à dire ? :Oui
Amaria Al'Afeaa
Permettez moi de me présenter...
Quelques lignes seraient loin d’être suffisantes pour décrire Amaria, mais s’il on devait tout de même en dresser une esquisse, cette dernière serait bien loin d’être élogieuse. Manipulatrice hors pair, non seulement grâce à ses capacités surnaturelles, elle contribue activement au retour du Dieu destructeur Seth de par les clients qui passent dans son cabinet.

Psychologue autodidacte, ses quelques siècles d’existences l’ont rendue pragmatique à l’extrême, pleinement consciente de la bête qui sommeille en elle et du plan millénaire qu’elle et ses collègues disciples ont entreprit. Alors si vous vous baladez dans les rues de Chicago, et qu’au détour d’un pignon de rue, votre regard croise une lugubre enseigne, n’hésitez pas à en pousser la porte. Une beauté sunnite, tout sourire, vous y accueillera. Vous pourrez lui confier tous vos maux, toutes vos torpeurs… Cela ne vous coûtera que l’aliénation de votre âme et quelques décilitres de sang…

Votre sang à le gout de l'angoisse... Permettez moi d'en prélever quelques gorgées de plus...
Age :318 ans
Sexe :Femme
Clan :Disciples de Set
Groupe :Neutre
Tier fiche :Tier 2
Rang :Ancien
Génération :Septième
Réputation :1250 (humains)
Karma :+140 (humains)
image_fiche_identite
Description physique
Une pure horreur ou une beauté dérangeante, tels sont les pensées, si opposées soient-elles, qui peuvent traverser l’esprit de celui qui entrevoit pour la toute première fois le corps dénudé de l’anthropophage. Suivant avec une précision chirurgicale le parcours de chacune des veines et artères apparentes, de très fines scarifications zébrant chaque membre servent de toiles de fond à des brûlures, tout aussi volontairement infligées, à l’effigie de hiéroglyphes, répétant inlassablement les différentes manières de nommer le dieu rouge. Ces idéogrammes, maculant les omoplates, ses mollets, ses épaules et son dos ont pour pièce maitresse une scarification doublée d’un tatouage prenant racine en bas des côtes du flanc droit pour descendre jusqu’au genou du même côté. Représentant en relief le crâne d’une strige enserré par une vipère d’encre, cet art corporel sublime le corps svelte de la jeune tunisienne… Enfin jeune… Son corps d’emprunt via l’étreinte était celui d’une splendide érudite de l’empire Ottoman, et avec toute l’attention qu’elle a pu y porter, le disciple a su conserver et selon elle-même sublimer sa beauté devenue éternelle.

En effet, se vêtant de sublimes robes lors de conférences professionnelles qui servent tout autant son esprit que la bête qui sommeille en elle, il n’est pas rare d’y voir de riches et naïfs médecins tenter leur chance auprès d’Amaria qui, d’une simplicité machiavélique, les entraine à des folies financières. Ces folies, qu’elle affectionne porter même au jour le jour et qui subliment tout autant sa nuque que ses oreilles, lui donnent même durant la plus banale des journées une prestance à la limite du surnaturel, sans que pour autant elle exerce ses pouvoirs d’influence. La plupart du temps vêtue de noir, couleur qui, selon elle, évite tout autant la distraction visuelle de ses patients que des taches de sang trop difficiles à éliminer, elle se maquille simplement d’un trait noir de Khôl, repassant traits pour traits une scarification à l’effigie d’un œil d’Horus à son œil droit. Ainsi, malgré son teint basané dû à ses origines, son extrême sensibilité au soleil due à sa nature lui octroie un teint pâle à la limite de la lividité qui, mystérieusement, accorde d’autant plus de prestance à sa personne.

Ainsi, ce mélange subtil de modernité et de tradition qu’est son apparence est couronnée par sa manière la plus commune de se coiffer. D’un simple bandana, elle retient une soignée mais non moins imposante masse capillaire finement laissée au vent qui descend bien en dessous de ses omoplates et couronnée d’une fleur dans les cheveux qui change chaque jour au fil de son humeur.

S’il on s’intéresse désormais à ses effets personnels, Amaria, bien loin d’être matérialiste malgré l’attention qu’elle porte à son élégance, n’en possède que très peu. Toujours délicatement pliés dans la doublure de son veston, des mouchoirs écarlates, dédiés à garder un visage immaculé après chaque baiser si passionnel puisse-t-il être, et une clef finement ciselée réservant l’accès à un lieu donc seul le disciple connaît l’emplacement. Autre effet personnel indispensable, qui cependant détonne avec le style hétéroclite du vampire : Une montre électronique, sonnant chaque jour la première et la dernière lueur du soleil, lui permettant quelques excursions dans la capitale de l’Illinois une fois la lune haute dans le ciel.
S’il en est de son apparence lorsqu’elle se meut, ses gestes trahissent son caractère assez particulier qui sera détaillé plus bas. Se surprenant parfois avec ses propres tocs, dont son principal consiste en un mouvement très précis et complexe des mains, de sa démarche à sa manière d’écrire trahissent une vision très particulière du monde qui l’entoure. Sa démarche d'ailleurs, à la limite d'une marche militaire, battant les pavés de ses talons et fixant bien loin devant elle lorsqu’elle est en ville, déteint étrangement avec celle dans un cercle plus privé, où sa fluidité de mouvement rappelle celle d’un reptile.

Enfin, dans une discussion plus intime encore, elle aura une manière bien à elle de vous fixer, de plonger dans votre regard, d’observer chacune des parcelles de votre peau, semblant percevoir le déplacement de chaque cellule de vitae dans vos veines. D’ailleurs, s’il on plonge dans son regard, l’aspect troublant de ses iris, légèrement plus longs que larges, lui octroie un air mystérieux qu’aucun ne qualifierait de menaçant tant son franc sourire, à la limite d’être carnassier, dissuade quiconque de la menace ambulante pour le corps et l’esprit des mortels que représente cette demoiselle.
Description mentale

Nous ne sommes pas seulement corps, ou seulement esprit ; nous sommes corps et esprit tout ensemble.

A vrai dire, j’aime beaucoup cette citation de George Sand… Oh… Excusez-moi, je me suis permise de prendre la parole… L’autre, aussi mortel soit-il, serait bien incapable de comprendre les choses comme un immortel les comprends. Mais pas d’inquiétude, il ne s’agit pas ici d’un bête monologue insipide, mais bien du fin fond de ma pensée, quitte à être transparent avec vous !

Le problème de ces animaux sans cervelles que sont les mortels… C’est bien justement leur mortalité. A vrai dire, ces brebis égarées vénèrent un faux Dieu à la poursuite d’une quelconque rédemption… et jamais le même en plus. Ils ne comprennent pas… Seth… Le destructeur. Le jour de son retour approche et qui de mieux que moi pour le faire revenir d’entre les damnés. Mais bref, c’est à mon tour de m’égarer. Tous ces hommes, je les vois comme une masse uniforme de vitae à l’esprit manipulable et exploitable et à la recherche de plaisirs. Rien de plus que des gardes mangers ambulants dont certains, je dois le reconnaître, possèdent une culture qui peut avoir son utilité, mais qui tombent si vites dépendants de mon baiser, et certains même sans que je n’exerce la moindre once de magie sur eux. Ils sont là à m’offrir bijoux, voyages, voitures dans le seul espoir que je plante à nouveau mes crocs dans leurs cous de brebis. Ce qu’ils ignorent toutefois, c’est qu’au simple premier contact de ma chair avec la leur, ils sont déjà sous mon emprise, et c’est ici que se trouve tout le sublime.

Lorsque l’autre mortel reprendra cette plume pour vous conter mon histoire, vous comprendrez à quel point le retour de notre Dieu à tous est crucial. Il montrera à tous, Camilla, Sabat ou tout autres créatures de la mascarade ce qu’est la puissance, ce qu’est le pouvoir, ce qu’est la foi, et je compte bien siéger à ses côtés. Même ces animaux de Gangrels ou ces extravertis de Toréadors devront poser genou à terre face à Lui… Car oui, vous vous demandez peut-être ma position vis-à-vis de toutes ces guerres intestines entre les clans… Je m’en tape royalement, mais d’une force inimaginable… Seul le grand Al’Amrhei, toléré à la Camarilla en tant qu’ancien influent et notre guide spirituel à nous, setites de l’Illinois, est digne de diriger mes pensées, et encore, son inflexibilité à des limites pour moi. Je réponds de ses ordres, mais il demeure un être possédant un esprit, et tout esprit est manipulable, bien que je doive reconnaître que celui de mes camarades immortels est bien moins facile à pénétrer. Ainsi, bien qu’il interdise plus ou moins à notre culte de côtoyer le Sabat, j’ai pu prendre contact avec cet olibrius perturbé menant également des recherches pour faire revenir Caïn à la vie… Quelle ironie lorsqu’il se rendra compte que seul Seth reviendra et les dominera tous…

Vous devez maintenant vous demander si je dispose tout de même de faiblesses… Eh bien… Hormis mon profond mépris pour les faibles pouvant entraîner ma colère et le soleil qui ferait de moi un tas de poussière en quelques secondes, je ne peux m’empêcher de faire preuve d’arrogance avec mes camarades de la Mascarade. Je sais, c’est contre productif, mais la plupart d’entre eux ne valent pas mieux que des humains, ou pire, des loups garous ! Et pour La Bête ? Oh, je ne peux négliger en tant que professionnelle qu’elle m’influence grandement mais je suis en paix avec cela et sait la satisfaire dès qu’elle le désire… De toute manière, toute frénésie ne serait que pur contre productivisme…

Autre chose, vous ais-je parlé de ma passion pour l’histoire ? Depuis la nuit des temps jusqu’à nos jours, en quelle mesure le monde des ténèbres a-t-il influencé le monde des mortels ? C’est passionnant, tout comme d’ailleurs les traités philosophiques… Kant, Freud, Nietzsche… Et les voir en conférences était d’une satisfaction intellectuelle que vous devriez m’envier, simple mortel… Mais bref... Assez tergiversé, je vous laisse avec l’autre goule qui vous contera mon histoire. N’hésitez pas à passer me voir à l’occasion...
Histoire
Au tout début de cette histoire, il n’y avait absolument rien, et avant même qu’Amaria Nurbanu voie le jour, il y a un léger contexte à replacer. Fin du 17ème siècle, nord de l’Egypte. L’empire Ottoman assoit toujours sa domination sur le bassin méditerranéen et c’est dans cet univers prospère que nait Amaria, jeune fille de la haute société égyptienne. Eduquée convenablement toute son enfance, la guerre qui opposera l’actuelle Turquie et l’Autriche la privera pour toujours de son père, militaire convenablement gradé… Mais qui ne l’était pas suffisamment pour éviter le front de guerre.

Ainsi, le jour de son seizième anniversaire fut marqué par le retour de la dépouille de son aïeul au domaine familial, période à partir de laquelle un certain Farouk Al’Afeaa se mit à fréquenter sa famille. Agé d’une trentaine d’années, il prétendait cependant être une sommité en sciences, ce qui se révéla vrai lorsqu’une après-midi, puis la suivante, puis celle encore après, il vint enseigner les sciences à Amaria. La jeune demoiselle se lia d’affection avec l’homme qui lui confia de très solides bases dans de nombreux domaines culturels, faisant de l’Ottomane une femme reconnue par ses pairs à l’âge de 23 ans, d’autant plus difficile dans une société musulmane.

Cependant, peu à peu, Farouk se fit moins présent dans les quartiers de la famille Nurbanu, absent de longues semaines puis de longs mois, ce qui attristait profondément le futur disciple de Seth. En effet, au-delà de simples cours d’astronomie ou de mathématiques, il lui avait transmis une passion pour l’Egypte antique, tout comme conté des histoires sur des créatures mythiques qui s’affrontaient depuis la nuit des temps. A vrai dire, elle eut du mal à y croire jusqu’au jour où son professeur revint couvert d’un sang qui n’était pas le sien. Pourchassé par des légionnaires russes et au bord de la torpeur, il avait trouvé la force de retrouver son élève horrifiée par la scène. Sans un mot alors qu’elle se précipitait vers lui, il pratiqua l’étreinte sur sa jeune élève.

Alors que la vie la quittait au même titre que les dernières onces de vitae dans ses veines, Farouk lui présenta ses plus plates excuses les larmes aux yeux. Il était un disciple de Set, et comptait bien faire d’Amaria un vampire au service du culte, certes, mais le visage dans vie et horrifié de la jeune alors dans ses bras fit l’effet d’un pieu dans le cœur au vampire, quelques secondes avant qu’un véritable pieu perfore le torse de Farouk. S’écroulant aux pieds de la belle sunnite alors qu’un groupe entier de chasseurs de la légion entraient dans la pièce, il entra dans la torpeur.
La tension retomba ainsi dans la mansarde des Nurbanu, tel un calme avant une écarlate tempête. En effet, en l’espace d’une seconde, Amaria sauta à la gorge du premier chasseur qui s’assécha en l’espace d’une seconde, puis le second et avant même que le dernier ait eu le temps de crier, leurs corps gisaient exsangues dans une scène horrifique.

Encore sous l’effet de la soif de sang, son corps encore tiède fuit la ville, massacrant les pauvres ères qui se trouvaient sur sa route. Les années suivantes, Amalia vécut telle une bête, massacrant jusqu’à des villages entiers après plusieurs semaines à jeun dans le désert. Toutefois, le destin la plaça une seconde fois sur la route des disciples de Seth, qu’elle rejoint officiellement en 1732. Riche de ses enseignements, elle éveilla la curiosité du culte qui lui apprit à amadouer sa nouvelle nature, lui permettant peu à peu de retrouver une allure humaine. A la fin du XVIIIème siècle, elle émigra en Europe, rejoignant des cellules locales de disciples et commençant à se prendre de passion pour la philosophie et la psychanalyse.

Une décennie plus tard, elle prit la route des Amériques et devient tenancière de bar dans le grand ouest malgré elle, traquée par la légion avec bon nombre de ses congénères américains. Ce n’est que lors des trente glorieuses qu’elle put enfin ouvrir son cabinet privé de psychologie et commencer réellement ses recherches sur la résurrection de Seth. Sbirifiant la plupart de ses patients pour qu’ils effectuent des recherches ou tout simplement lui versent de l’argent, elle tomba à la fin du XXème siècle sur un éminent égyptologue en consultations.Après à peine quelques mois, elle avait ses entrées dans leurs laboratoires et y apprit l’existence d’un livre mentionnant un vampire qui avait su littéralement renaître de ses cendres. Légende ou réalité, elle vit surtout entre ces lignes l’éventualité de réaliser l’idéal de tout un peuple. Depuis ce jour, elle passe ses journées et ses nuit à la recherche de toute enluminure, texte ou même légende orale mentionnant cet être qui, d’après le mythe, serait revenu à la vie une seconde fois…

Aujourd’hui propriétaire d’un cabinet bien connu des humains des banlieues de Chicago, Amaria Al’Afeaa, qui avait d’ailleurs récupéré le patronyme de son défunt mentor lorsqu’elle avait retrouvé la raison, est prête à vous recevoir dans son cabinet. Richement orné de cadeaux inestimables de ses patients, plongé dans la pénombre et toujours enveloppé d’une brume d’encens, vous pourrez y confier chacun de vos maux, jusqu’à ce que vous ressentiez un plaisir proche de l’extase et que pour toujours, votre âme devienne le pantin de la dame en noir.
avatar
Image :
Messages : 94
Genre : Masculin
Age : //
chaine 1 :
Race : //
Existence : //
Reputation : //
Karma : //
chaine 2 :
Points : 22
Fiche : //
Relations : //
Discord : Fresh!Johan #5411
avatar
avatar
Jeu 8 Nov - 20:03

» Validation
» Longueur : 800 / 1000
» Orthographe : 500 / 750
» Style : 800 / 1750
» Originalité : 700 / 1500
» Bonus : Ouverture du forum - 200 points

» Total : 3 000

» Points de traits de départ : 54 points
détail des points obtenus:
 

Désormais, vu que tu es validé, n'hésites pas à indiquer l'origine de ton avatar et enfin à présenter les caractéristiques de ton personnage ici !
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Venez ici pour vous détendre ^^
» votre académie , vous a rapporter combien $$$ !
» [Blog] BIONICLE info: vous saurez tous sur les nouveauté et pleins d'autres choses... (fermée)
» Dans l’attente d’un rendez-vous officiel
» Ces pubs qui vous ont marqué

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'eveil de Cain • Vampire la mascarade :: Gestion des personnages :: Présentations :: En cours-
Sauter vers: